Commerces itinérants

Boulangerie LEFRANCOIS

passage chaque jour en fin de matinée, à l’exception du lundi
15 rue du Docteur Solon
91780 CHALO SAINT MARS
 01 64 95 46 56

Poissonnerie Michel BRETON

Passage le jeudi vers 12h30
 06 69 64 97 83

 

Histoire

LES RICHERVILLE

Au 12ème siècle, Richarville figure parmi les localités dans lesquelles le Chapitre de Notre Dame de paris possède des propriétés. En 1185, un David de la Forest (qui pourrait être originaire de la Forêt-le-Roi) reçut l’autorisation d’essarter des terrains boisés s’étendant entre Outrevilliers (appelé de nos jours Le Trouvilliers) et Richarville (appelé dans le document original, Richeri Villa). A la suite de ce défrichement, David de la Forest aurait fait construire une ferme appelée « La Grange de Paris », ferme qui disparaîtra au 18ème siècle. C’est également à la fin du 12ème siècle que semble remonter l’établissement du hameau de La Villeneuve qui existera jusqu’au 16ème siècle, sur la commune des Granges-le-Roi, en bordure de la route d’Authon-la-Plaine et vis à vis de la ferme qui porte actuellement ce nom.

Il faut noter que si les terrains défrichés par David de la Forest appartenaient au Chapitre de Notre Dame de Paris, seigneur de Corbreuse, les bois de Montbardon, ainsi que la forêt de Dourdan, faisaient partie, quant à eux, du domaine royal. Le roi Saint Louis (1214 – 1270) autorisa la Maladrerie de Saint-Lazarre d’Etampes à se fournir en bois mort dans ces bois appelés alors « Montbardon le Viel » et «Montbardon le Jeune ».

En 1192 une négociation eut lieu à l’abbaye de Morigny, près d’Etampes, à la suite d’un différent intervenu entre l’Abbé et un certain Arnaud d’Auvers. Parmi les représentants de l’Abbé figuraient Pierre de Richerville (Petrus de Richervilla) ainsi que Bouchart de la Forest. Arnaud d’Auvers était représenté, entre autre, par Jean de Boutervilliers. Ce Pierre, dont nous ignorons s’il fut bien seigneur de Richerville, est peut être celui dont le corps fut inhumé dans l’église de Saint‑Vrain et dont la pierre tombale, semblant dater du 12ème siècle, portait en lettre gothiques, cette inscirption : « Cy gist Madame Jacqueline de la Bretonn… Monseigneur de Richerville… ». Un autre Pierre de Richerville, chevalier, ainsi que son frère Geuffoy de Richerville, écuyer, rencontrèrent le Prévôt d’Etampes en 1285 pour lui affirmer qu’ils furent bien les premiers seigneurs de « Teignonville » et, à ce titre, étaient d’accord pour payer la moitié de la dîme de ce fiel au Chapitre de Notre Dame d’Etampes. A la suite du décès des deux frères, leurs biens allèrent à Agnès de Richerville, épouse de Jean de Boutervilliers. Ces derniers rencontrèrent le Prévôt d’Etampes, le 28 Février 1326, pour renouveler l’accord précédemment conclu avec le Chapitre de Notre Dame d’Etampes au sujet de la dîme de Tignonville.

LES PAVIOT

En 1380. Pierre Paviot, échanson du frère du roi, était seigneur de Boissy-le-Sec mais également seigneur de Richarville.

Le 2 Mai 1394, dans un aveu qu’il rendit, il parle de son « ostel de Richarville ». Nous retrouverons des traces de cette famille des Mesnil-Paviot, de Beauce, au 12ème siècle. Les Paviot avaient fait édifier un château fortifié, flanqué de tourelles, à Boissy le Sec dès 1339, que leurs descendants occupèrent jusqu’au 18ème siècle.

LES PRUNELE (PRUNELEZ-PRUNELAY)

En 1490, Richarville n’était plus aux Paviot, son seigneur se nommant Jean de Prunelé, époux de Françoise de la Ferté. C’est à cette date que l’amiral Louis Mallet de Graville, seigneur de Marcoussis et de Saint-Yon, confia l’arpentage de son domaine à Jean de Prunelé pour l’établissement de son terrier. Au 17ème siècle, le seigneur de Richarville rendait encore foi et hommage au baron de Saint-Yon, ce qui laisse supposer que l’amiral Louis Mallet de Graville possédait certains droits sur la terre de Richarville. A la fin du 15ème siècle ou au début du 16ème, Collinet de Prunelé, chevalier, sieur de Liouville, épousa en premières noces Alix Paviot (ou de Paviot) et, en secondes noces Jeanne de Frouville. Il eut trois enfants de son premier mariage. L’un d’eux, Pierre, écuyer, épousa Antoinette Nacelles. Il rendit foi et hommage, le 22 septembre 1527, au Comte d’Etampes pour les mairies de Richerville et Rouvres dont il était seigneur.

Les de CUGNAC

La famille de Cugnac était honorablement connue. Elle fut alliée aux Bourbon-Condé et l’un de ses membres conseilla, fort sagement, à Henri IV de se faire catholique. Les de Cugnac, qui furent seigneurs de Richarville durant 3 siècles environ eurent plusieurs branches : Les Cugnac‑Dampierre, marquis de Dampierre et du Bourdet, barons d’Huisseau.

Citons, dans cette branche François Jean-Baptiste de Cugnac époux de Françoise Charlotte de Langheac dont l’un des quatre fils, Marie Pierre Antoine, naquit le 2 juin 1738. Il porta, par la suite, les mêmes titres que son père dont celui de seigneur de Richarville. Ce « très haut et très puissant seigneur » épousa, le 9 avril 1773, Louise Angélique de Savary de Lancosme. Il était peut-être déjà capitaine de vaisseau du Roi. De ce mariage naquirent deux enfants dont l’un, Antoinette Louis Eléonore survécut. Le 3 vendémiaire de l’an 8 (25 septembre 1800) elle épousa Armand Vespasien, marquis de Bizemont et mourut le 18 thermidor de l’an 8, lui laissant un fils unique, Louis Vespasien de Bizemont. Le château de Richarville restera la propriété de la famille de Bizemont jusqu’au 23 mai 1893, date à laquelle Marie-Louise Marguerite Joseph Guyot de Saint-Armand, née de Bizemont, le vendra à Jules Stanislas Gustave Canaux.

LA PAROISSE

Saint-Lubin des Champs, situé à proximité de Richarville, était le hameau principal de la commune. Il fut presque entièrement détruit au 17ème siècle. Au cours de la Fronde des Princes, Turenne fit le siège d’Etampes et Dourdan. La misère était telle que Saint Vincent de Paul vint y distribuer la soupe populaire et soigner les malades. La chapelle de Saint Lubin ayant disparu, celle du hameau de Richarville fut agrandie en église et consacrée à Saint Lubin.

LES PARTICULARITÉS GEOGRAPHIQUES ET PHYSIQUES

Richarville est un village agricole sans particularités vraiment marquantes. La commune, village, vert, participe depuis plusieurs années aux concours départementaux des villages fleuris, concours dans lesquels elle a obtenu de nombreuses fois des premiers prix. Il faut dire également que dans les bois de Richarville, tous les printemps, de nombreuses jonquilles fleurissent et attirent beaucoup de promeneurs.

LA LEGENDE

Dans un bulletin de la Société Historique de Dourdan en Hurepoix, il est dit qu’in habitant de Richarville trouva sur le territoire de la commune, à la fin du 19ème siècle, une pièce de monnaie en argent portant ces mots : « Ricardus Rex ». Après expertise, cette pièce dite « poitevine » et datant de la fin du 12ème siècle – début 13ème siècle fut attribuée ) à Richard Cœur de Lion qui guerroya en France contre Philippe Auguste. L’analogie entre Richard Cœur de Lion et Richarville (ville de Richard) fit que beaucoup de personnes attribuèrent la création de la commune à l’ancien roi d’Angleterre. Cette légende, accréditée par sa parution dans le bulletin précité, ne résiste pas à l’examen. La monnaie dite « poitevine » était en effet très répandue et a été retrouvée en de nombreux endroits. En outre, il est plus que certain que Richard Cœur de Lion ne vint jamais dans la région. De plus, l’origine du nom de Richarville remonterait à l’époque gallo-romaine.